Dysfonction Erectile

« EPOCH » : une synthèse des stratégies susceptibles d'optimiser les résultats des traitements de la dysfonction érectile par les inhibiteurs de la phosphodiestérase de type V.

D'après l'article de R Sadovsky et coll, International Journal of Clinical Practice, Août 2009

Analyse par le Dr Hélène Dugré, médecin de famille et psychologue, Unité des dysfonctions sexuelles, Centre Hospitalier de l'Université de Montréal, Canada

Résumé : Une proportion notable (environ 30%) des patients atteints de dysfonction érectile abandonnent leurs traitements après une réponse initiale sous optimale ou insatisfaisante avec les IPDE5. Afin d'aider les médecins à augmenter les chances de succès thérapeutique avec les IPDE5, le Dr Sadovsky et ses collaborateurs ont fait une revue de la littérature sur le sujet en recherchant les articles pertinents en langue anglaise sur PubMed pour la période du 1 janvier 1998 au 31 août 2008. Selon l'analyse des auteurs, les stratégies pratiques à mettre en oeuvre par les médecins peuvent être regroupées en cinq points sous le mot mnémotechnique anglais ` EPOCH ` : (i) Évaluation et éducation du couple afin de dissiper les fausses idées et les attentes irréalistes; (ii) Prescription d'un traitement individualisé aux besoins et aux préférences du couple ; (iii) Optimisation du succès thérapeutique en prévoyant des visites de suivi, en ajustant la posologie et en renforçant l'éducation ; (iv) Contrôle des pathologies et médications associées pouvant réduire les chances de succès et références appropriées ; (v) H ` Help', aider le couple à identifier ses besoins biopsychosociaux et le référer à un spécialiste pour des thérapies alternatives si le traitement avec les IPDE5 n'est pas satisfaisant. 

Commentaires : Dans un contexte de soins primaires, certaines stratégies proposées sont pratiques et faciles à mettre en œuvre auprès d'un homme souffrant de dysfonction érectile: instaurer un traitement avec les IPDE5, donner des instructions complètes, optimiser la posologie, encourager un nombre d'essais suffisants et assurer le suivi. Toutefois, il est parfois difficile d'identifier les facteurs psychosociaux et relationnels du couple qui peuvent nuire à la satisfaction et à la poursuite du traitement. Selon son niveau de confort dans ce domaine, le médecin de premier recours ne doit pas hésiter à référer au besoin le patient ou le couple à un spécialiste. Au-delà du rétablissement de la fonction érectile normale, les effets du traitement se traduisent souvent par l'amélioration de la qualité de vie, de la relation de couple et de la satisfaction sexuelle.