Dysfonction Erectile

Une nouvelle technique d’évaluation de la fuite caverno-veineuse  présentée à l’Académie Nationale de Chirurgie et au congrès de l’ESSM à Malaga (novembre 2010)

Rapport par le Dr R Virag, Paris, France

Le CETI (R.Virag) et le CC Marie Lannelongue (JF Paul) rapportent une technique nouvelle d’évaluation des fuites caverno-veineuses à l’origine de dysfonctions érectiles.

Il s’agit d’identifier le réseau veineux drainant les corps caverneux par une imagerie fine permise par le scanner avec reconstruction 3D sous érection pharmacologique. La technique est simple : sous injection intracaverneuse d’un mélange associant alphabloquant, papavérine et PGE1, une minidose de produit de contraste est ensuite injectée en intracaverneux et la tomodensitométrie est réalisé en deux passages successifs. Sur une série de 50 patients dont la moitié atteints de DE primaire, ils identifient des fuites profondes, superficielles ou mixtes et des communications entre corps caverneux et corps spongieux. Ils proposent, s’appuyant sur les données anatomiques classiques, une nouvelle classification dynamique et anatomo-clinique du réseau veineux drainant les corps caverneux :  A : absence de drainage ; B : Drainage exclusif par le réseau profond ; C : Drainage par le réseau superficiel ; D : Drainage par les deux réseaux superficiel et profond. Les catégories C et D peuvent s’accompagner d’une communication caverno-spongieuse. La qualité des images obtenues permet une localisation précise de drainages anormaux et/ou excessifs. Chez des patients sans autre cause identifiée de DE, cette nouvelle technique permet d’envisager leur suppression soit chirurgicale, soit interventionnelle, beaucoup plus précise. Une série est actuellement en cours pour évaluer le bénéfice que cela peut apporter au traitement conservateur de ces patients en échec thérapeutique.

La communication peut être consultée sur le site de l’Académie nationale de Chirurgie

Disponible en ligne sur www.bium.univ-paris5.fr/acad-chirurgie