Infections Sexuellement Transmissibles

En Angleterre la prévalence des infections sexuellement transmissibles continue de croitre et culmine chez les adolescentes: conséquence de spécificités de leurs habitudes sexuelles?

D’après le rapport de la Health Protection Agency, Grande Bretagne, Août 2010 (lien vers la page du site de la HPA: http://www.hpa.org.uk/NewsCentre/NationalPressReleases/2010PressReleases/100825STI/)

Analyse par Gilbert Bou Jaoudé, Lille, France

Le rapport annuel des autorités de santé britanniques (la Health Protection Agency, HPA) sur les Infections Sexuellement Transmissibles (IST), rendu public le 25 Août 2010, révèle que près d’un demi million de personnes a été infecté en 2009 en Grande Bretagne (GB) et surtout que ces infections touchent particulièrement les jeunes filles et les adolescentes.

Voici les résultats les plus marquants de ce rapport:

  • 482 696 nouvelles IST ont été diagnostiquées en 2009
  • cela représente une augmentation de 12 000 cas par rapport à l’année précédente et s’inscrit dans la continuité des dix dernières années au cours desquelles le nombre d’IST a été en augmentation régulière (en 2009 cette augmentation a été de 5 % pour l’herpes génital 6 % pour les gonorrhées et 7 % pour les chlamydiae)
  • les deux tiers des nouvelles IST chez les femmes ont été diagnostiquées chez les filles âgées de 15 à 24 ans (66 % des nouveaux cas de condylomes, 73 % des gonorrhées et 88 % des chlamydiae)
  • chez les hommes, la moitié de ces IST a été diagnostiquée dans cette même tranche d’âge
  • le pic statistique de survenue de ces infections était entre 19 et 20 ans pour les femmes et 20 et 23 pour les hommes
  • une ré-infection, au cours de la même année, a été diagnostiquée chez 10 % des jeunes âgées de 15 à 24 ans

Commentaires

Ces résultats sont alarmants, non seulement à cause du nombre de nouvelles IST (près d’un demi million de personne en GB en 2009) mais aussi à cause de leur âge de survenue chez des jeunes filles avec le risque de complications gynécologiques ultérieures (cancer, fertilité...)

Ils soulèvent aussi des interrogations sur les raisons pour lesquelles les nouvelles IST sont particulièrement fréquentes chez les jeunes filles et adolescentes. En effet, nous savons que les jeunes peuvent parfois avoir tendance à mettre leur santé en danger et en particulier lorsqu’il s’agit de rapports sexuels. Mais les jeunes filles semblent être plus exposées au risque d’IST que les jeunes garçons:

  • auraient elles plus de comportements sexuels «à risque» que les garçons?
  • auraient elles des difficultés à exiger l’utilisation de préservatif ou subiraient elles la pression des garçons qui ne souhaiteraient pas les utiliser?
  • auraient elles une moins bonne connaissance de cette préventionque les garçons ?

Ces résultas publiés par la HPA rappellent ceux d’autres études qui ont déjà rapporté ce risque élevé d’IST chez les jeunes et en particulier les jeunes filles (comme par exemple, l’enquête que le Dr Jacques Buvat vous a rapporté dans notre 15° numéro du Bulletin de la SFMS (lien vers bulletin), dans laquelle les adolescentes américaines avaient des comportements sexuels à risque et en particulier les jeunes filles obèses qui, par manque de confiance en elle-même probablement, n’osaient pas exiger l’utilisation de préservatifs et acceptaient de participer à des activités sexuelles à risque… )

L’ensemble de ces constatations rendent la situation des IST chez les jeunes dans les pays occidentaux particulièrement préoccupante et pourtant la majorité des ces infections devraient être évitées par des mesures de prévention très simple …