Maladies chroniques et sexualité

La dysfonction érectile et son traitement par IPDE 5 chez les patients en cours de réhabilitation cardiaque

D’après l’article de Maroto-Montero JM et coll, Rev Esp Cardiol Sep 2009

Analyse par Gilbert Bou Jaoudé, Lille, France

L’étude analysée

420 patients, en cours de réhabilitation cardiaque ont été inclus dans cette étude. Les principales pathologies cardiaques chez ces patients étaient : coronaropathie (infarctus du myocarde ), valvulopathie et insuffisance cardiaque. Le programme de réhabilitation cardiaque comportait différents axes thérapeutiques : exercice physique, soutien psychologique et mesures de réduction des facteurs de risque cardio-vasculaire.

Parmi ces patients, 216 (52.6 %) présentaient une dysfonction érectile. Cette dysfonction érectile était significativement associée à l’âge (p < 0.001), au diabète (p < 0.001), à l’HTA (p = 0.029), au tabagisme (p = 0.0044), à l’utilisation d’un inhibiteur de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IEC) (p = 0.003) et à l’utilisation des diurétiques (p < 0.001).

Dans cette étude, les auteurs n’ont pas trouvé de relation entre la dysfonction érectile et l’utilisation des classes thérapeutiques suivantes : bêtabloquant, inhibiteur calcique, statine et anti-agrégant plaquettaire.

Sur le plan psychologique, les auteurs ont trouvé une association significative entre la dysfonction érectile et l’anxiété (p = 0.006) ainsi que le syndrome dépressif (p = 0.003).

En plus de l’évaluation de la DE, les patients étaient interrogés sur leur souhait d’utiliser un traitement spécifique de la DE et en particulier par inhibiteur de la phosphodiestérase V (IPDE5) :

  •  seuls 59 des 216 patients ont accepté un traitement par IPDE 5
  •  le traitement par IPDE 5 a été efficace chez 45 de ces patients (76.27 %) 
  •  les IPDE 5 étaient contre-indiqués chez 41 patients du fait de l’utilisation concomitante d’un dérivé nitré 
  •  les patients qui n’ont pas souhaité utiliser un traitement par IPDE 5 ont donné comme principales raisons à leur  refus : l’absence ou le manque d’intérêt sexuel, la présence de difficultés dans leur relation avec leur partenaire et aussi l’inquiétude en ce qui concerne les effets et risques cardio-vasculaires des IPDE 5.

Commentaires

La santé sexuelle des patients en cours de réhabilitation cardiaque présente plusieurs particularités :

  •  il s’agit d’une période faisant souvent suite à un évènement cardio-vasculaire « grave » (infarctus du myocarde, chirurgie cardiaque…) provoquant des réactions psychologiques soit de type anxio-dépressif ( craintes d’une récidive, du décès, inquiétude et pessimisme quant à l’avenir…) soit des réactions plus optimistes avec l’idée de « mieux profiter de sa vie », les résolutions de modifier le mode de vie, de s’occuper de sa qualité de vie… En conséquences, la sexualité peut ainsi être mise de côté ou au contraire appartenir à un projet d’avenir
  • après un évènement cardio-vasculaire, beaucoup de patients s’interrogent sur la relation entre rapports sexuels et risque cardiovasculaire  (y a-t-il un risque cardiovasculaire pendant l’acte sexuel ? quand peut on reprendre une activité sexuelle ? y a t il des précautions à prendre ?…) mais, le plus souvent, n’osent pas interroger leurs médecins à cet égard
  • il s’agit bien évidemment d’une population où les facteurs de risques vasculaires sont fortement présents et en conséquence la prévalence de la DE élevée
  • la plupart de ces patients sont sous traitements à visée CV et la prescription des IPDE5 peut être contre indiquée chez certains même si l’utilisation des dérivés nitrés et des donneurs de monoxyde d’azote est moins fréquente qu’auparavant
  • c’est une période souvent proche de l’évènement cardio-vasculaire et la reprise d’une activité sexuelle, selon le consensus international, nécessite le respect d’un délai de stabilité médicale. Cela n’empêche pas le plus souvent d’informer le patient sur les possibilités thérapeutiques ultérieures
  • la crainte des effets secondaires des IPDE5 est plus fortement présente étant donné l’existence d’un évènement cardio-vasculaire grave récent
  • les IPDE5 sont efficaces chez une majorité des patients pouvant en bénéficier avec une bonne sécurité d’emploi lorsque la prescription respecte les contre-indications

En tout cas, la réhabilitation cardiaque est une période où les éléments de la qualité de vie sont souvent évoqués avec les patients et la qualité de vie sexuelle en fait partie. En particulier, le patient devrait être informé objectivement sur les possibilités de reprise d’une vie sexuelle s’il le souhaite, sur les possibilités thérapeutiques d’une éventuelle DE et sur la sécurité d’emploi des traitements .

En conséquences, conseil sexuel individualisé et, si nécessaire,  coaching sexuel devraient être proposés aux patients dans le programme global de réhabilitation cardiaque.