Traitements pharmacologiques

En avant première, les résultats d’un nouvel IPDE5 : l’Avanafil

Par Gilbert Bou Jaoudé, Lille, France

Les laboratoires Vivus ont récemment annoncé les résultats d’une étude en double insu, contre placebo à laquelle ont participé 646 hommes avec Dysfonction Erectile qui ont été randomisés pour recevoir soit du placebo, soit de l’Avanafil à la posologie de 50 mg, 100 mg ou 200 mg à la demande. Il s’agit d’une étude de phase 3 dont les résultats devraient être prochainement publiés dans une revue scientifique. En voici un premier aperçu :

Les paramètres d’évaluation habituelle de la fonction érectile ont été améliorés avec les trois dosages et en particulier, à la posologie maximale de 200mg, l’érection a été suffisante pour un rapport sexuel satisfaisant dans 80 % des tentatives. Les rapports sexuels réussis furent rapportés par : 27 % des hommes sous placebo, 41 % des hommes sous avanafil 50 mg, 57 % de ceux sous 100 mg et 57 % de ceux sous 200 mg.

Les effets secondaires les plus fréquents ont été : céphalée (7 % des hommes recevant l’avanafil), flush (4.6 %) et congestion nasale (2.3 %).

L’Avanafil appartient à la classe des IPDE5 au même titre que les autres molécules déjà commercialisés (sildenafil, tadalafil, vardenafil). Pharmacologiquement, cette molécule paraît avoir un effet inhibiteur plus sélectif de la PDE5. Cliniquement, son délai d’action est aux alentours de 30 min et sa durée d’action aux alentours de 6H. Les effets secondaires semblent légèrement moins fréquents qu’avec les autres IPDE5 mais des données complémentaires sont nécessaires avant de pouvoir le confirmer de façon significative.
Quoiqu’il en soit, cette étude, appelée REVIVE, est la première d’une série de 3 études cliniques utilisant l’Avanafil. Les deux autres études s’intéresseront en particulier aux bénéfices de l’Avanafil chez les patients diabétiques et chez les patients ayant eu une chirurgie prostatique.
Les laboratoires Vivus (possédant la licence de l’Avanafil) espèrent pouvoir soumettre l’Avanafil pour une approbation par la FDA au début de l’année 2011.